L'ÉQUIPE

Valeria GIUGA

directrice artistique, chorégraphe, danseuse

Valeria Giuga est formée à la danse classique et moderne au Centre Régional de la Danse de Naples, puis elle participe au cours de perfectionnement de la compagnie Aterballetto en Italie. En 2004, elle suit la formation ex.e.r.ce au Centre Chorégraphique National de Montpellier, dirigé par Mathilde Monnier.


Elle est interprète auprès de David Rolland, Benoît Bradel, David Wampach, Sylvain Prunenec...


Elle est assistante à la chorégraphie de Sylvain Prunenec et de David Rolland.


En mai 2015, elle est diplômée en notation du mouvement Laban au CNSDMP. Depuis elle mène à la fois des travaux d’écriture de partition et de remontage d’oeuvre, et anime des ateliers de
cinétographie Laban et de symbolisation du mouvement auprès de différents publics.

 

Elle collabore avec la compagnie Labkine de Noëlle Simonet depuis deux ans, compagnie avec laquelle elle développe des projets de création chorégraphique en relation avec le répertoire des pièces notées en cinétographie Laban.

 

Elle crée en 2016 une série de performances « Has Been » qui interroge la question de la désuétude des esthétiques à partir d’oeuvres du XX ème siècle. Valeria Giuga crée en 2017 la pièce longue « She was dancing », composée à partir de la partition notée du solo de La Mère d’Isadora Duncan et du portrait de la chorégraphe qu’a écrit l’auteur américaine Gertrude Stein. Elle développe un procedé d’écriture pour une nouvelle partition en cinétographie mêlant le texte et la danse.

Noëlle SIMONET

directrice, danseuse

Après une formation en danse classique et contemporaine à la « Rambert School of Dance » de Londres, Noëlle SIMONET travaille dans plusieurs compagnies : le Ballet Théâtre Contemporain d’Angers, le Ballet Théâtre Français de Nancy et le Ballet Théâtre du Silence.
Elle interprète des oeuvres de nombreux chorégraphes de renom, comme F. Blaska, G. Balanchine, L. Falco, M. Cunningham, V. Farber et D. Gordon.
Elle étudie la technique « Pilatess » tout en continuant à travailler avec les chorégraphes : M. Caserta, J-M Matos et Philippe Tresserra et obtient en 1986 le prix d’interprétation au premier Concours Chorégraphique de la Ville de Paris. Après avoir suivi la formation d’analyse et d’écriture du mouvement au Conservatoire de Paris dans la classe de Jacqueline CHALLET-HAAS, elle crée, en 1997, la Compagnie LABKINE pour faire connaître la richesse du répertoire de la danse en remontant des oeuvres à partir de leur partition et en les diffusant.
- Elle collabore avec Elisabeth SCHWARTZ, spécialiste de la danse du début du siècle et interprète du répertoire d’Isadora DUNCAN,
- Avec Jean-Marc PIQUEMAL elle a remonté des oeuvres du collectif « New Dance Group » et « Rooms » d’Anna SOKOLOW en 2007 et 2008 et créé le spectacle "Dancing Red" et la conférence dansée "Le Répertoire en mouvement, étude révolutionnaire" en 2009.
Parallèlement à ses activités au sein de la Compagnie LABKINE, Noëlle SIMONET enseigne depuis 1999 la notation du mouvement, système LABAN, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.
- Avec Wilfride PIOLLET, danseuse de renommée internationale, elle collabore à la création de son livre : « Les Barres Flexibles », édition L’une & l’autre en notant en cinétographie LABAN l’ensemble de ses exercices qui constituent une technique innovante d’entraînement du danseur.
- Elle note "Cahiers 1830" chorégraphie de Jean Guizerix, réalisée à partir des exercices notés par Léon Michel à l'intention de son fils Arthur Saint-Léon. « Les Matins Blancs », chorégraphie de Santiago SEMPERE, commande de la Maison de Pratiques Artistiques Amateurs.
Elle suit la formation en Body Mind Centering® (Bonnie Bainbridge Cohen), dirigée par Vera ORLOCK et Thomas GRIEL et obtient en 2013 son diplôme de Somatic Movement Educator. De 2006 à 2009 elle a fait partie du comité de recherche ICKL : «Internatioal Council of Kinétographie Laban ». En 2012 et en 2013 elle intervient à la Fondation Royaumont auprès de jeunes chorégraphes en formation dans le cadre du dispositif “Transforme” dirigé par Myriam Gourfink. Elle obtient en 2011, 2013 et 2015 une bourse dans le cadre du dispositif d'aide à la recherche et au patrimoine en danse accordée par le Centre National de la Danse de Pantin pour les projets : La partition chorégraphique - Outil de transmission, outil de création - #1 Le croquis de parcours, le deuxième volet: #2 Transferts et tours et le troisième volet #3 Corps-Espace.
- Avec le danseur, notateur et chorégraphe Raphaël COTTIN, elle créée la pièce "SIGNATURES" en 2015, duo sur la marche et l'espace inspiré des signatures spatiales des grands chorégraphes D. Humphrey, L. Childs et M. Cunningham.
Elle poursuit sa collaboration à des groupes de réflexion et de recherche. Elle participe en 2015 au groupe Labodanse, ateliers et colloques danse-science et philosophie. Elle collabore, depuis 2014, à plusieurs temps de rencontre et de discussion avec l'équipe de recherche en robotique humanoïde Gepetto du LAAS-CNRS de Toulouse dirigée par Jean-Paul Laumond. En 2015 le Centre National de la Danse de Pantin en collaboration avec l'Opéra de Paris lui commande le remontage de "L'Après-midi d'un faune" de Kurt Jooss avec deux danseurs de l'Opéra de Paris qui sera présentée dans le cadre du programme Scènes de geste au CND en novembre 2015.

 

Lise DAYNAC

production, coordination, diffusion

Après une formation en Histoire et Histoire de l'art en classe préparatoire au lycée Saint-Sernin puis à l'Université du Mirail de Toulouse et à l'Université de Lettres de Séville en Espagne, Lise Daynac valide en 2006 un master DESS de direction de projets culturels à la Sorbonne Nouvelle à Paris 3.

Elle travaille en 2005 au sein de l'ACCR (Association de Centres Culturels de Rencontre) pour la coordination du projet européen "Patrimoine, mémoire et population locale" auprès des trois centres européens : Fondation Royaumont (France), Fondation Santa Maria la Real (Espagne) et le centre de recherche et de résidence en art et spectacle vivant Schloss Bröllin (Allemagne).

En 2006 elle rejoint l'équipe de la compagnie Fêtes Galantes de Béatrice Massin en tant que chargée de diffusion.

Elle participe à l'organisation des Etats généraux à Paris en 2007 : "La notation chorégraphique : outil de mémoire et de transmission".

Depuis 2007, elle collabore avec Noëlle Simonet et la compagnie Labkine autour de ses différents projets de création, diffusion, pédagogie et édition d'ouvrages.

Entre 2008 et 2010, elle se charge de la coordination et du suivi des projets de notation Laban des notateurs ayant reçu une bourse d'aide à la notation d'oeuvres chorégraphiques de la part de la DMDTS.

Elle collabore entre 2011 et 2015 à la conception et la réalisation des outils pédagogiques livre et support vidéo #01, #02 et #03 développés par la compagnie Labkine.

En 2014 et 2015, elle organise deux séminaires de pratique et de réflexion autour des questions de notation du mouvement et de création contemporaine à Paris et dans le Tarn.

Elle travaille par ailleurs depuis 2013, dans le domaine de la danse contemporainre, avec la compagnie La Poétique des Signes du chorégraphe, danseur et notateur Laban : Raphaël Cottin.
 

Jean-Michel ESPITALLIER

textes, voix

 

Coller un faux nez au tragique. Rire de tout, se lamenter du reste. Explorer, dans le contemporain, ce qui nous fait marcher, ce qui nous fait courir. Traquer des trucs, accommoder les restes, construire, accumuler, défaire… Des équilibres instables. Ainsi pourrait se résumer la démarche de Jean-Michel Espitallier (né le 4 octobre 1957) poète inclassable qui joue sur plusieurs claviers et selon des modes opératoires constamment renouvelés.

Listes, détournements, boucles rythmiques, répétitions, proses désaxées, propositions logico-absurdes, sophismes tordent le cou à la notion si galvaudée de poésie en inventant des formes neuves pour continuer de faire jouer tout le bizarre de la langue et d’en éprouver les limites.

Entre rire jaune, tension comique et dérision, la poésie de Jean-Michel Espitallier, proche en cela de l’art contemporain, use de la plus radicale fantaisie pour raconter l’époque et problématiser davantage encore la notion de genre et de frontières esthétiques (donc éthiques…).

 

Derniers livres parus

De la célébrité : théorie & pratique, Éditions 10/18, 2012. L’Invention de la course à pied, Al Dante, 2013. Un rivet à Tanger, CIPM, 2013. Salle des machines, Flammarion, 2015.

 

Dernières créations

Overflow (texte & voix : Jérôme Game / batterie & son, Jean-Michel Espitallier), Montevideo, Marseille, 2011. Lonely People (pièce sonore sur une vidéo originale de Yumi Sonoda), Fukuoka, 2012. Overlook’s Poems (installation), La Couleuvre, Saint-Ouen, 2013. Autobiographie (extrait), performance-installation, Fondation Louis-Vuitton, Paris, octobre 2014.

Anne-James CHATON

textes, voix

Anne-James Chaton est né à Besançon en 1970. Il vit et travaille à Paris. Il a publié plusieurs recueils aux éditions Al Dante et a rejoint le label allemand Raster-Noton en 2011 avec Événements 09 puis Décade, publié en 2012. En 2016, il publie Elle regarde passer les gens aux éditions Verticales et reçoit le prix Charles Vidrac de la Société des Gens de Lettres. En 2019, il publie  L’affaire La Pérouse  aux éditions P.O.L. Son dernier livre,  Vie et mort de l’homme qui tua John F. Kennedy est paru au mois de mars 2020 toujours chez P.O.L.

Son écriture poétique et sonore s’est développée en collaboration avec d’autres artistes de scènes différentes, du rock à la musique électronique, du théâtre à la danse. Il a travaillé avec le groupe hollandais The Ex et a publié deux albums, Le Journaliste (2008) et Transfer (2013), avec le guitariste anglais de The Ex, Andy Moor.

Il a collaboré aux albums Unitxt (2008) et Univrs (2011) de l’artiste allemand Carsten Nicolaï alias Alva Noto. En janvier 2009, il crée le trio Décade, avec Andy Moor et Alva Noto. Il a également créé les pièces Black Monodie, avec Philippe Menard, pour Les Sujets à Vif de la 64e édition du festival d’Avignon, et Le cas Gage, ou les aventures de Phinéas en Amérique avec le chorégraphe Sylvain Prunenec, pièce créée à l’occasion de l’édition 2013 du festival Uzès Danse à Uzès.

En 2015 il crée la pièce HERETICS avec Andy Moor et Thurston Moore, guitariste et chanteur du groupe américain Sonic Youth. En 2016 il créé la pièces ICÔNES, un quartet composé avec la performeuse Phia Ménard, le chorégraphe François Chaignaud et le chanteur Nosfell.

Fani SARANTARI

assistante, danseuse

 

 

Née en Allemagne, d’origine grecque, elle suit une formation de danse classique et contemporaine au conservatoire de la ville de Thessalonique. Entre 1995 et 2000, elle collabore avec la compagnie grec Emmeleia et travaille avec les chorégraphes : Jacky Taffanel, Christine Bastin, A. Fernandez, J. Vinclair, K. Levi.

Son travail chorégraphique personnel débute en 1999 avec deux pièces chorégraphiques pour la Cie Emmeleia. En 2000, elle s’installe à Paris et collabore avec les chorégraphes : Laura Scozzi, Christine Bastin, Michel Kelemenis, A. Dumont, le collectif La Fura dels Baus et depuis 2006 elle est membre de la compagnie Drc de David Rolland. En 2004 elle obtient le prix d’interprétation Talent Danse Adami pour son solo Adaptation et poursuit également ses propres projets chorégraphiques et artistiques Adaptation#, Diapositive n°421, 365 Q.-R. (exposition en collaboration avec Nancy Stamatopoulou). Depuis 2014 elle travaille comme assistante à la mise en scène pour Robert Wilson, L’ Incoronazione di Poppea, Scala de Milan/ Letter to a man, avec Mikhail Baryshnikov puis tournée mondiale / Mary said what she said, solo pour Isabelle Huppert. En 2019 elle rejoint la compagnie Labkine et assiste Valeria Giuga pour la création "Rockstar".

Aniol BUSQUETS

danseur

Aniol Busquets-Julià, né en 1979 (Catalogne) débute son parcours à l’Ecole Eulàlia Blasi de Barcelone en 1996, il obtient en même temps son Diplôme d’État en patinage artistique. Il poursuit sa formation à la Salzbourg Experimental Academy of Dance SEAD’s en 1999, à la Performing Arts Research and Training Studios P.A.R.T.S à Bruxelles en 2000, au Conservatoire Supérieur de Danse I.T. de Barcelone en 2004, et finalement traversera la formation Ex.e.r.ce au CCN de Montpellier en 2005.

Son travail chorégraphique débute en 2003 avec des petites formes. Il crée Pendule en 2005. Il s’installe à Strasbourg et crée Irrlicht en 2009, qui lui vaut une carte blanche et un laboratoire de recherche au Th. Pôle Sud de Strasbourg pendant la même année. Il s’installe à Paris et coréalise Galop en 2010 avec S. Despax, et O Desejo Ignorante en 2011 avec M. Lança.

Une nouvelle édition du projet Galop a été présentée à la Ville de Mataró, Barcelone en juin 2015.

 

Il collabore avec plusieurs chorégraphes catalans comme Montse Colomer, Ramón Oller, Eva Bertomeu et Maria Rovira, mais aussi des français et européens comme Mathilde Monnier, David Wampach, Hélène Iratchet, Rita Cioffi, David McVicar, David Rolland, Louis Ziegler, Catherine Dreyfus, Aurélien Richard, entre d’autres.

Actuellement il habite à Paris. Il travaille sur des projets de créations avec divers chorégraphes depuis 2016 : STIL de Christian Ubl, A Bombe Bal de Louis Ziegler, On Air de Lorena Dozio, Has been de Valeria Giuga et Le Jour de la Bête d’Aina Alegre.

 

Il continue à travailler pour d’autres chorégraphes et des spectacles qui sont actuellement en tournée comme Shake It Out de Christian Ubl, Revue Macabre de Aurélien Richard, Folk-Projet de Louis Ziegler, Paysage de la Disparition de Thibaud Le Maguer, Les Lecteurs de David Rolland ou encore La Traviata de David McVicar.

Marie-Charlotte CHEVALIER

danseuse

Marie-Charlotte est artiste chorégraphique. Après des études de Lettres Modernes, elle se forme à la danse contemporaine au CRR de Boulogne Billancourt ainsi qu'auprès de Peter Goss. Elle part ensuite à New York où elle fréquente assidûment les studios de Movement Research et de la Trisha Brown Company et étudie au studio de la compagnie Merce Cunningham grâce à une bourse de leur fondation. De retour en France elle continue à se former lors de workshops auprès de Deborah Hay, Nacera Belaza, Simone Forti, Alban Richard notamment.

 Elle travaille en tant qu'interprète pour Didier Théron, Margot Dorléans, la compagnie Etant donné, Elodie Escarmelle, Nicolas Maloufi, Daniela Kurz et Yoshi Oida, Philippe Saire, Lorraine Gomès, Lucie Berelowitsch et participe à des projets / performances de Benjamin Hochart, Nathalie Pernette, Alexandre Da Silva, Jennifer Monson entre autres.

Diplômée du CNSMDP en cinétographie Laban en 2015, elle s'intéresse au travail de Trisha Brown, pour la notation duquel elle bénéficie d'une bourse du Centre National de la Danse, ainsi qu'aux danses chorales qu'elle transmet dans le cadre de Scènes du Geste et Danse en amateur et Répertoire (Die Waage et die Welle de Knust, Maispiel de Martin Gleisner). Son attrait pour la transmission l'amène à intervenir régulièrement auprès de la Philharmonie pour le projet Démos ainsi que ponctuellement pour d'autres structures ( Cie Labkine, CNDC d'Angers, CNSMDP..) pour des ateliers, conférences, transmission à partir de partitions...

Elle rejoint la compagnie Labkine en 2018 lors de la création de la danse chorale "We are dancing", puis pour "Zoo" l'année suivante.

Antoine ARBEIT

danseur

 

 

Antoine Arbeit naît en 1992 à Dijon. Très tôt attiré par la danse, il en intègre le conservatoire régional où il restera 11 ans, posant les bases de sa formation en danse classique puis contemporaine. Après une année au CRR de Lille, il intègre le CNSMD de Paris où il complète son parcours, rencontre différents chorégraphes et présente plusieurs travaux de recherche.

En Janvier 2017, il rejoint Thomas Lebrun pour être interprète dans Les Fêtes d’Hébé, création pour l’Académie de l’Opéra de Paris. Il danse également la même année pour Raphaël Cottin dans C’est une Légénde, spectacle jeune public présenté au 71e Festival d’Avignon, puis rejoint l’équipe de She Was Dancing de Valeria Giuga.

En 2018, il poursuit sa collaboration avec ces chorégraphes et dansera également pour Gilles Vérièpe dans sa nouvelle création, Les Éternels.

Parallèlement à son activité d’interprète, Antoine Arbeit suit en 2017/18 la formation chorégraphique Prototype V à Royaumont, dirigée par Hervé Robbe. Il est également lauréat de la bourse Cléo Thiberge Edrom en 2016 et de la bourse ADAMI danse pour la saison 2017/18.

Rita CIOFFI

danseuse

Rita Cioffi, née en 1960 à Rome. Après une solide formation de danseuse classique, quelques expériences de théâtre et de cinéma qui lui ont permis de toucher à tout (chant, danse jazz, claquettes ) et un séjour aux Etats-Unis, elle arrive en France et s'installe à Paris dans les années 80.

Attirée par la danse contemporaine elle suit surtout les cours de Peter Goss. Elle travaille alors avec la compagnie de danse baroque Ris et Danceries (Francine Lancelot et François Raffinot ), mais aussi avec Paco Decina, tout en gardant des liens avec l'Italie et notamment le chorégraphe Enzo Cosimi.

Elle rencontre Dominique Bagouet en 1989 et intègre la compagnie au Centre National Chorégraphique de Montpellier.

Après la disparition de Dominique en 1992, elle préfère prendre un temps de réflexion qui la mène à se passionner pour la pédagogie ; elle travaille donc comme professeur invité dans différentes structures et compagnies (CCN Montpellier sous la direction de Mathilde Monnier, compagnies Découflé, Yvann Alexandre, CDC de Toulouse, les Carnets Bagouets ...) et anime des ateliers pour l'association Via Voltaire destinée aux personnes atteintes de pathologies lourdes.

Après une création en 94 avec Olivia Grandville elle entreprend son propre travail chorégraphique, après un solo et un duo elle fonde la compagnie Aurélia en 96.

Depuis elle se partage entre les activités de chorégraphe, d'interprète et d'enseignante.

Coco PETITPIERRE

costumière

Coco Petitpierre est plasticienne.

Sous l’appellation Clédat & Petitpierre elle co-signe avec Yvan Clédat des œuvres singulières associant sculptures, performances et  spectacles présentés depuis une vingtaine d’années en France et à l’étranger:

 

Centre Pompidou (Paris et Malaga), le CENTQUATRE, Musée du Louvre, La force de l’Art, Nanterre Amandiers, Hebbel am Ufer (Berlin), M museum (Louvain), Theater Spektakel (Zürich), L’Arsenic (Lausanne), Teatro Grande (Brescia), Nuit Blanche (Taipei) , Mapa Teatro (Bogota), Festival Esplanade (Singapour), etc.

 

Parallèlement, elle réalise des costumes pour de très nombreux chorégraphes et metteurs en scène dont Sophie Perez, Philippe Quesne, Odile Duboc, Xavier Le Roy, Sylvain Prunenec, Alban Richard, Olivia Grandville et Olivier Martin Salvan.

Elle commence a travaillé avec Valeria Giuga pour la création des costumes de "ZOO" en 2019, puis "Rockstar" en 2020.

Alva NOTO 

compositeur, musicien

 

 

(Carsten Nicolai aka Alva Noto) is a German artist and musician based in Berlin. For his musical outputs he uses the pseudonym Alva Noto. Born 1965 in Karl-Marx-Stadt he is part of an artist generation who works intensively in the transitional area between music, art and science. With a strong adherence to reductionism he leads his sound experiments into the field of electronic music creating his own code of signs, acoustics and visual symbols.

Diverse musical projects include remarkable collaborations with Ryuichi Sakamoto, Ryoji Ikeda (cyclo), Blixa Bargeld or Mika Vainio. Nicolai toured extensively as Alva Noto through Europe, Asia, South America and the US. Among others, he performed at the Solomon R. Guggenheim Museum in New York, the San Francisco Museum of

Modern Art, Centre Pompidou in Paris and Tate Modern in London. Nicolai scored the music for Alejandro González Iñárritu’s 'The Revenant’. The score was nominated for a Golden Globe, BAFTA, Grammy and Critics Choice Award. Most recently he has created the sound design for Iñárritu’s groundbreaking VR project “Carne y Arena”.

His musical oeuvre echoes in his work as a visual artist. Carsten Nicolai seeks to overcome the separation of the sensory perceptions of man by making scientific phenomenons like sound and light frequencies perceivable for both eyes and ears.

His installations have a minimalistic aesthetic that by its elegance and consistency is highly intriguing. After his participation in important international exhibitions like documenta X and the 49th and 50th Venice Biennale, Nicolai’s works were shown worldwide in extensive solo and group exhibitions.

© 2023 par Troupe de théâtre. Créé avec Wix.com
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus