LA MACHINE - installation et performance participative

LA MACHINE

Installation et performance participative avec amateurs 

à partir d'1m20

création juin 2020

chorégraphies, partitions : Valeria Giuga

conception informatique et programmation : Claire Pollet

création textuelle et sonore : Anne-James Chaton

création sonore : Andy Moor

conseils, sélection et travail des partitions : Noëlle Simonet

vidéos : Hugo Madilin

construction : Pierre Le Lay

co-conception et production : Lise Daynac

Danseurs : Antoine Arbeit, Aniol Busquets, Marie-Charlotte Chevalier, Lise Daynac,

Valeria Giuga, Noëlle Simonet

Production : Labkine

Coproductions:

VIADANSE  CCNBFC, Belfort

Espace Gantner, Belfort

Partenaires :

Ecole Le Fresnoy, Roubaix

CDCN LE GYMNASE, Roubaix

FRAC de Besançon Franche-Comté

LA MACHINE est un hybride entre une borne de jeu Arcade et une machine à sous (avec jackpot !) générant des mouvements sur un principe établi à savoir : un mot/un son = un geste.

Dans tous ses projets, Valeria Giuga puise la matière chorégraphique première dans des sources partitionnelles de chorégraphes célèbres.
LA MACHINE n’échappe pas à cette règle.
Les spectateurs traverseront une épopée de gestes de 14 œuvres de différents chorégraphes du XXème et XXIème siècles.
Dans chaque œuvre, une suite de six gestes est prélevée à partir des partitions existantes puis simplifiée pour rendre l’enchaînement accessible au joueur.

 

LA MACHINE renferme des esthétiques multiples depuis le Ballet Triadique d'Oskar Schlemmer, en passant par la danse allemande de Mary Wigman, la nouvelle danse française de Daniel Larrieu, la post-modern de Thrisha Brown pour finir avec des contemporains comme Sylvain Prunenec ou David Rolland.

Avec LA MACHINE Valeria Giuga veut rendre hommage à ces oeuvres et à leurs chorégraphes, et propose donc de découvrir une partie de l’immense richesse de la création contemporaine en danse.

Comme un pied de nez à l’éphémère de cet art et à l’Histoire qui écrit les oeuvres qui restent et celles qui ne restent pas, LA MACHINE éveille la curiosité et réactive ce patrimoine.

Lors de la performance finale « LA MACHINE » pour 3 danseurs et un groupe d’amateurs à géométrie variable, les différentes matières chorégraphiques vont être ré-inventées en se confrontant les unes aux autres à travers un processus de répétition, d’accumulation, de re-création, de réagencement…

Valeria Giuga propose un palimpseste chorégraphique, en mélangeant des esthétiques très différentes pour leur donner une nouvelle cohérence. Elle réactive et fait dialoguer des écritures, à la manière d’un caléidoscope, pour proposer une nouvelle écriture qui nait de tous ces gestes.

Le groupe d’amateurs, en entrant dans la danse aux côtés des danseurs de la compagnie, viendra démultiplier le geste par contamination, reconstruire l’espace et ouvrir de nouvelles perspectives quand la danse écrite laissera place à la danse improvisée.

Au lieu des icônes propres aux machines à sous (cerises, prunes, diamant, BAR, $, etc.), LA MACHINE affiche des symboles de la notation Laban correspondant à des gestes.

 

Le joueur lance la roulette en actionnant un bouton rouge pour arrêter d’abord le choix de l’interprète à l’écran avec lequel il va danser. En rappuyant ensuite sur le bouton, il va arrêter une suite de signes et fixer ainsi une combinaison.

Cette combinaison lui donne les différentes articulations d’un premier geste

(par exemple, tête en avant / bras droit sur le côté / bras gauche le long du corps, etc).

Une vidéo de ce geste effectué par un danseur s’affiche alors sur l’écran de

LA MACHINE. Le temps est donné au joueur de s’entraîner à refaire le premier geste avant que la machine ne lui propose d’en choisir un deuxième.

Et ainsi de suite jusqu’au sixième geste.

Un casque audio diffuse une musique qui suit l'évolution des étapes de jeux.

 

Une fois dévoilés les six mouvements tirés au sort, LA MACHINE propose la vidéo de l’enchaînement dansé.

Tout en écoutant la musique diffusée dans son casque, le joueur pourra ainsi répéter plusieurs fois sa chorégraphie et trouver la logique corporelle et le plaisir d’agencer ces mouvements dans leur intégralité et de plus en plus vite 40bpm, 60bpm 80bpm !

Le temps global du jeu est estimé à 10 min maximum par joueur.

Le joueur qui tomberait sur la suite “gagnante” remporterait la cagnotte (places de spectacle ou entrées d’exposition du lieu d’accueil...).

En appuyant une dernière fois sur le bouton rouge, le joueur imprimera la partition de la danse qu’il vient d’apprendre.

 

On line / In live

 

Sur la partition que chaque joueur récupère après son temps de jeu, il trouvera la référence du site en ligne de LA MACHINE. Les liens vidéo des enchainements ainsi que les références pour découvrir l'univers des divers chorégraphes cités dans LA MACHINE sont présents sur ce site. Le joueur pourra continuer à s’entrainer en vue de la performance publique proposée à tous les joueurs en fin d’installation.

 

Le dernier jour d’installation de LA MACHINE, est le jour de la performance

publique.

Nous donnons rendez-vous à tous les joueurs qui le souhaitent afin de préparer puis interpréter aux cotés de danseurs professionnels une chorégraphie collective écrite à partir des matériaux chorégraphiques présents dans LA MACHINE dans l'esprit d’une danse chorale.

(La danse chorale est une danse communautaire qui peut rassembler un grand nombre de participants pour une expérience de “choeur de mouvement” créatif et ludique.)

D’abord, pendant trois heures d’atelier, les danseurs de la compagnie rencontrent le groupe de joueurs amateurs intéressés pour transmettre et construire avec lui la danse chorale.

Suivra la performance publique « LA MACHINE » : un trio chorégraphié par

Valeria Giuga, interprété par Antoine Arbeit, Aniol Busquets, Marie-Charlotte Chevalier et Valeria Giuga (en alternance).

Les joueurs-danseurs amateurs qui auront fait l’atelier accompagneront ce

trio, remplissant l’espace petit à petit, démultipliant et partageant les gestes.

Calendrier :

création juillet 2020

31 août au 20 septembre 2020 : FRAC Franche-Comté, Besançon (25)

© 2023 par Troupe de théâtre. Créé avec Wix.com
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus